La servante écarlate : de la dystopie à la réalité, il n’y a qu’un pas !

08:49:00

Chronique littéraire La servante écarlate par Mally's Books
Porté à l’écran par Elisabeth Moss, The Handmaid's Tale est LA révélation télévisuelle du moment ! Mais avant d’être une série à succès, La servante écarlate est avant tout un roman d’anticipation marquant pour toute une génération de femmes.
Retour sur cette dystopie troublante de Margaret Atwood, plus réaliste que jamais.  

La quatrième de couverture…  

Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l'Ordre a été restauré. L'Etat, avec le soutien de sa milice d'Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d'un Evangile revisité. Dans cette société régie par l'oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L'une d'elle raconte son quotidien de douleur, d'angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d'une vie révolue, d'un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.
Une œuvre d'une grande force, qui se fait tour à tour pamphlet contre les fanatismes, apologie des droits de la femme et éloge du bonheur présent.  

Chacun sa place et la morale sera bien gardée !  

Il a suffit de quelques pages à peine pour que Margaret Atwood parvienne à nous faire entrer dans son monde. Pourtant, son imagination fertile nous emmène loin, très loin...

Au beau milieu des années 80 et alors que la libération de la femme semblait avoir atteint son paroxysme, l’auteure imagine que la première puissance mondiale bascule dans un univers parallèle. Finis les Etats-Unis, temple de la consommation, du sexe et toute autre débauche sociale dont on se délecte si facilement. Bonjour Gilead, une utopie religieuse qui prône le retour à l’humilité et le sens du devoir.

Pourquoi ce roman fascine-t-il autant ? Parce que cet univers cotonneux nous semble étrangement plausible. Comme dans un jeu, les pions se placent : les hommes, les Commandants, sont garants de l’ordre politique et social ; les femmes sont divisées en castes, chacune assignée à un rôle : Épouses, Marthas (domestiques), Tantes (formatrices), Éconofemmes (les Prolétaires) et enfin, les Servantes. Tout est normé à outrance. Le rôle final ? Faire progresser la société.

Mais si la majorité des castes ne choque personne, la position des Servantes, elle, vient titiller notre esprit humaniste. Les Servantes, ces femmes qui prêtent leur corps pour permettre la reproduction de leur Commandant et de leur Épouses. A travers les yeux de Defred, on découvre le cheminement de l'une d’entre-elle. Elle n’est plus que chair, n’a plus ni nom, ni vie. De son existence passée, du temps d'avant, il ne lui reste rien d'autre que des souvenirs, qu’elle distille goutte à goutte pour ne pas se laisser mourir.

Une histoire est lente et d’une violence somme toute assez ordinaire. On aime La servante écarlate pour le vertige, pour le fait de bousculer les codes du monde tel qu’on le connaît aujourd’hui. Mais le texte nous bouleverse-t-il tant que cela ? N’en sort-on pas un peu blasé par une forme de réalité qu’on ne connaît que trop bien ? Ne serait-il pas là, le vrai trouble ?  

Pour résumer…  

Margaret Atwood possède tous les atouts d’une grande conteuse. A travers La servante écarlate on aime se faire peur, on se délecte du passage d’une société à l’autre, mais est-on si loin de la prise de conscience ? Après tout, il suffirait d’un pas pour que notre monde bascule...  


Ma note…  

15/20  

La servante écarlate
Margaret Atwood 
544 p. Robert Laffont, 11,50 €

You Might Also Like

0 commentaires

Les meilleurs articles

Twitter