mes dernières chroniques



MES DERNIÈRES CHRONIQUES

samedi 10 juin 2017

Le nouveau nom • Elena Ferrante

Chronique littéraire Le nouveau nom par Mally's Books
Quand l’innocence vous prend aux tripes, difficile d’accepter la reddition. Pour moi découvrir la saga L’amie prodigieuse, c’était comme entrer dans une lutte acharnée contre ses envies, contre ses propres émotions, contre la violence du monde. J’ai adoré suivre Elena et Lila dans leurs retranchements de petites filles, dans leurs aspirations d’adolescentes. Je ne me sentais pas le courage de les abandonner à l’aube de leurs vies de jeunes femmes. Alors les yeux fermés, j’ai signé pour le tome 2. 

Le voyage a été tumultueux, éprouvant, souvent empreint de haine et de cette rivalité inhérente à nos deux héroïnes. Mais ce périple littéraire dans le Naples du début des années 60 fut fascinant à bien des égards. 

La quatrième de couverture… 



« Naples, années soixante. Au cours de son repas de mariage, Lila découvre que son mari Stefano a offert les chaussures imaginées et dessinées par elle à Marcello Solara, qui règne sur le quartier avec son frère, Michele, deux hommes qu'elle déteste. Pour Lila, née pauvre et devenue riche en épousant l'épicier Carracci, c'est le début d'une période trouble : elle méprise son mari, refuse qu'il la touche, mais finit par céder. Elle va travailler dans la nouvelle boutique de la famille Carracci, tandis que Stefano ouvre également un magasin de chaussures en partenariat avec les Solara. 

De son côté, son amie Elena, la narratrice, continue ses études au lycée et est toujours amoureuse de Nino Sarratore, qui fréquente à présent l'université. Quand les vacances d'été arrivent, les deux amies partent pour Ischia en compagnie de Nunzia, la mère de Lila, et de Pinuccia, sa belle-soeur, car l'air de la mer doit aider Lila à prendre des forces pour qu'elle puisse donner un fils à Stefano. La famille Sarratore aussi est en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino. » 

Mon avis… 


Elena Ferrante nous livre un tome 2 cruel, sous le signe de la hargne et du mépris. Sous une plume encore plus explosive, on retrouve Elena et Lila dans des rôles diamétralement opposées. Bien qu’elles soient toujours amies, le fossé entre les deux jeunes filles se creuse de plus en plus. D’un côté Lila, la jeune mariée rebelle qui se complait dans le confort matériel de la vie conjugale, banalisant presque les violences qui lui sont associées. De l’autre Elena, petit rat de bibliothèque qui semble supporter sa vie gré des années scolaires et oscille entre l’envie de ressembler à son amie et celle de s’en affranchir. 

Quand vient l’été au bord de la plage, les tensions s’accentuent. On se surprend à détester les manières parfois abjectes de la jeune mariée, qui offre de payer sa copine pour être à son service. On plaint la patience de Lenù tout en s’indignant de sa passivité. L’histoire prend un cours inattendu et on découvre bien vite que les aléas de la vie viennent bien souvent ébrécher cette amitié qu’on croyait inaltérable. S’en suivent des périodes d’éloignement, de rancœurs et de silence. Le livre balaie huit années de vie au cours desquelles les deux femmes évoluent à des rythmes différents. Jusqu’au point de rupture ? Souvent la question se pose. Puis leurs destins basculent, le quotidien de la beauté sauvage s’effrite peu à peu. L’indécision de l’intellectuelle naïve s’envole. Elle s’épanouie dans les hautes sphères culturelles. 

Le nouveau nom est un texte clivant, déroutant pour le lecteur, mais toujours aussi addictif. On prend plaisir à voir les deux femmes s’ouvrir au monde, tout en comprenant qu’elles resteront incontestablement attachées à leur quartier miséreux, et à leurs souvenirs d’enfance.  

Pour résumer… 


Un second tome peut être meilleur que le premier dans sa complexité et son intensité, mais qui m’a laissé un sentiment de trouble assez désagréable. Ne vous méprenez pas, Le nouveau nom est un roman incroyable qui confirme la qualité de la saga d’Elena Ferrante. Qu’on aime ou qu’on déteste, ce livre nous ramène à nos angoisses adolescentes, à nos doutes de jeunes adultes. Une fresque qui restera une inoubliable de la littérature. A quand la sortie en format poche du troisième tome ? 

Ma note… 


17/20

Dans la même saga : 

2 commentaires:

  1. Je ne sais pas si j'apprécierai ce second tome. Du coup ça remets en question mon envie de lire le premier roman que j'avais déjà tenté d'écouter mais qui ne m'avait pas plu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai encore jamais testé la lecture audio, mais j'imagine facilement le narrateur déblatérer les longues descriptions présente dans le roman et je peux comprendre que cela ait suffit à abandonner cette lecture. "L'amie prodigieuse" a un pouvoir évocateur énorme mais je pense qu'on en profite davantage dans un moment intime, en face à face avec le livre. Pourquoi ne pas tenter une lecture plus "classique" ? Tu seras fixée.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...