mes dernières chroniques



MES DERNIÈRES CHRONIQUES

mercredi 7 juin 2017

Bilan du mois – Mai 2017

Bilan des lectures de Mai 2017 par Mally's Books
Rarement mes lectures furent aussi épanouissantes qu’en ce mois de mai ! Preuve s’il en fallait une que la qualité surpasse de loin la quantité. Car avec la très bonne moyenne mensuelle de 17,5/20, les deux livres de ces dernières semaines auront laissé une trace inaltérable dans mon expérience de lectrice. 

Qu’ai-je lui ce mois-ci ? Qu’en ai-je pensé ? Voici le bilan des lectures du mois de mai 2017. 

J’ai opté pour deux ouvrages bien différents, qui ont pourtant comme point commun un fort ancrage historique. Provenant d’un partenariat avec les Éditions Métailié, L’étrange mémoire de Rosa Masur prend sa source dans l’Europe du début du XIXème siècle, entre la Russie et l’Allemagne. Issu de mes recherches littéraires personnelles et compte tenu de son succès grandissant, j’ai ensuite choisi L’amie prodigieuse pour sa promesse de dolce vita un poil acerbe, au cœur de l’Italie des années 50. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçue par ces deux histoires profondes et tellement surprenantes. 



Pour son 750ème anniversaire, la petite ville de Gigricht en Allemagne décide de favoriser l’intégration des étrangers : 5000 marks sont offerts à ceux qui auraient quelque chose d’intéressant à raconter. Rosa Masur, vieille Juive russe à qui on ne la fait pas et dotée d’un sens de l’humour à toute épreuve, se porte candidate. Elle a l’anecdote du siècle. Un siècle qu’elle a vécu de bout en bout, avec ses révolutions, ses guerres mondiales, ses soubresauts.  

Plus qu’un roman, le livre est une épopée unique et énergique qui nous transporte au cœur de la folie humaine. Entre malheurs et espoirs inconsidérés, le récit nous rappelle que rien n’est impossible. 

Ma note : 17/20 


Après cette première vague émotionnelle quelque peu déconcertante, j’aurais pu choisir un livre plus souple ; mais l’obsession de la bonne histoire a fait germer en moi une envie dévorante de sentiments contradictoires. Comme s’il mettait indispensable de me nourrir des âmes épanchées des personnages romanesque. En d’autre mot, j’ai cherché la passion littéraire et L’amie prodigieuse a su assouvir mes attentes. 

L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante 

Naples, fin des années 50. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée. 

Un premier tome à la puissance évocatrice redoutable, plein de finesse et de psychologie. La plume d’Elena Ferrante est d’une beauté dévorante. Un grand roman qui nous laisserait presque sans mots. 

Ma note : 18/20 Coup de cœur ! 


Vous l’aurez compris, mai fut un mois de rage et de passion qui m’a laissé dans une admiration béate pour mes héroïnes de quelques pages. Je dis bien héroïnes car ces derniers temps, les figures féminines prennent une place prépondérante dans mes lectures. Grâce à elle j’apprends chaque jour un peu plus, et aussi surprenant que cela puisse paraître j’aime me nourrir des péripéties de ces modèles de papier. Poétique n’est-il pas ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...