mes dernières chroniques



MES DERNIÈRES CHRONIQUES

mardi 31 janvier 2017

Top 10 • Les plus belles lectures de l’année 2016

Top 10 - Les plus belles lectures de 2016.
Nous achevons ce mois de bilan avec un dernier article et le tout premier TOP 10 de mes meilleures lectures de l’année.

2016 a marqué une première étape dans l’évolution du blog. J’ai eu la chance de nouer de nombreux partenariats, aussi bien avec des maisons d’édition reconnues qu’avec de jeunes auteurs. J’ai eu accès aux dernières nouveautés, je me suis penchée sur des textes plus anciens et à travers ces 54 livres lus en 2016, j’ai pris un plaisir immense à vous faire partager mes commentaires. Aujourd’hui, je peux vraiment dire que mon objectif premier de me redonner du temps pour lire est largement atteint. Au-delà de mes espérances, celui de transmettre l’est également. Bien sûr, sur tous ces livres, j’en ai apprécié certains plus que d’autres. Dans ce classement, vous retrouverez mes perles de l’année 2016.  
Pour établir un classement, je me suis attachée aux émotions ressenties lors de ma lecture. Même si j’aujourd’hui, avec le recul, je serai tentée de bousculer quelque peu cette hiérarchie, les 10 livres répertoriés ici m’ont tous marqué d’une manière bien particulière. Je ne peux que vous conseiller de vous les procurer, vous passerez, assurément un très bon moment de lecture.

N° 10 : La voix des vagues – Jackie Copleton (15/20) 



Lorsqu'un homme horriblement défiguré frappe à la porte d'Amaterasu Takahashi et qu'il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment savoir s'il dit la vérité ? 

Ce qu'elle sait c'est que sa fille et son petit-fils sont forcément morts le 9 août 1945, le jour où les Américains ont bombardé Nagasaki. Avec l'arrivée de cet homme, Amaterasu doit se replonger dans un passé douloureux dominé par le chagrin, la perte et le remord. L'apparition de l'étranger sort Amaterasu de sa mélancolie et ouvre une boîte de Pandore d'où s'échappent les souvenirs qu'elle a laissé derrière elle ... 

Ce que j’ai aimé : La mélancolie enveloppante du récit. 

N° 9 : Le tailleur de pierre – Camilla Läckberg (16/20) 



Un pêcheur de Fjällbacka trouve une petite fille noyée. Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l'eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu'un l'a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille ?

Alors qu'Erica vient de mettre leur bébé au monde et qu'il est bouleversé d'être papa, Patrik Hedström mène l'enquête sur cette horrible affaire. Car sous les apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines - querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles - dont les origines peuvent remonter jusqu'aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps, sans jamais avoir cessé de la haïr...

Ce que j’ai aimé : La double histoire.

N° 8 : Réparer les vivants – Maylis de Kerangal (16/20) 



Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps.

Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.  

Ce que j’ai aimé : Le questionnement sur la symbolique du cœur. 

N° 7 : Les règles d’usage – Joyce Maynard (16/20) 




Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé : sa mère part travailler et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre. 

Un roman résolument optimiste et profondément humaniste qui vous laissera sans voix. 

Ce que j’ai aimé : La profondeur de l’écriture qui s’attache à chaque petit détail. 

N° 6 : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee (16/20) 



Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort. 

Lire ce roman, c’est faire une véritable expédition au plus près des mentalités américaines. On se frotte au racisme, aux mœurs ; on s’interroge sur le bien-fondé de la pensée collective. Le texte d’Harper Lee fait preuve d’une grande ouverture d’esprit pour l’époque et là réside certainement toute sa richesse. 

Un essentiel dans une bibliothèque ! 

Ce que j’ai aimé : L’esprit de tolérance qui se dégage de ce classique. 

N° 5 : Le trône de fer, Intégrale 1 – Georges R.R. Martin (17/20) 



Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu'en son domaine de Winterfell, son fidèle ami, Lord Eddard Stark rend paisiblement la justice.

Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s'est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L'heure est grave, d'autant qu'au-delà du mur qui protège le royaume depuis des siècles, d'étranges créatures rôdent...  

Ce que j’ai aimé : La richesse de l’univers de George R.R Martin. 

N° 4 : Quelqu'un en vue – Inès Benaroya (17/20) Coup de cœur ! 



L’observation vire à l’obsession. Soir après soir, il mate. Chacune de leurs fenêtres est une vignette dans laquelle serpente, au rythme des apparitions et disparitions, un microcosme muet et fascinant. Son regard en perpétuel mouvement s’introduit et dissèque le va-et-vient. Du haut de sa tour d’où personne ne le voit, il infiltre les secrets. C’est lui le maton à présent. Les prisonniers sont en face, dans leur cellule baignée de lumière.  

Ce que j’ai aimé : La réflexion sur les apparences. 

N° 3 : La perle et la coquille – Nadia Hashimi (18/20) Coup de cœur ! 



Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses sœurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. 

Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan. 

Comme son nom l'indique, une véritable perle à découvrir de toute urgence ! 

Ce que j’ai aimé : Le plaidoyer pour l’éducation des femmes,
seule échappatoire à l’ignorance conservatrice. 

N° 2 : Au revoir là-haut – Pierre Lemaître (18/20) Coup de cœur ! 




Rescapés du premier conflit mondial, détruits par une guerre vaine et barbare, Albert et Edouard comprennent rapidement que le pays ne pourra rien faire pour eux. Car la France, qui glorifie ses morts, est impuissante à aider les survivants. Abandonnés, condamnés à l'exclusion, les deux amis refusent pourtant de céder à l'amertume ou au découragement. Défiant la société, l'Etat et la morale patriotique, ils imaginent une arnaque d'envergure nationale, d'une audace inouïe et d'un cynisme absolu. 


Ce que j’ai aimé : L’audace de l’intrigue et l’originalité des personnages. 

N° 1 : Ce qui ne nous tue pas… – Carole Declercq (19/20) Coup de cœur ! 



1944, pendant l’Occupation. Les Français vivent désormais dans l’espoir d’un débarquement allié et l'inquiétude gagne l'armée allemande, accentuant les crispations et les duretés perpétrées contre la population française. Maximilian von Wreden, officier du Renseignement allemand, est en poste à Paris depuis quelques mois quand il rencontre Marianne, une étudiante en philosophie de vingt et un ans. Sa peau est douce, ses lèvres sont tendres, elle réussit à apaiser ses démons intérieurs. Ce que Maximilian ne sait pas, c'est que la jeune femme travaille en réalité pour un réseau de résistants. Elle a volontairement été jetée dans la gueule du loup pour le séduire et lui soutirer des informations sensibles. Pour elle, il est d'abord l'homme à abattre. Mais pas seulement… 

Ce que j’ai aimé : La description des émotions et le recul pris sur le contexte historique. 


Nous nous retrouverons fin mars 2017 pour faire un point sur les livres les plus marquants de l'hiver 2016-2017, mais avant de nous quitter, j'aimerai avoir vos impressions. Quelles ont été vos plus belles lectures de 2016 ? Avez-vous fait de belles découvertes que vous souhaiteriez faire partager ?

2 commentaires:

  1. Un très beau TOP 10 ! Je n'ai lu que "Le tailleur de pierre" dans cette sélection ;)
    Alors "Réparer les vivants" et "La perle et la coquille" me tentent bien !

    Je te souhaite une année 2017 aussi riche en lectures et en découvertes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Camilla, je te remercie de ton commentaire. Je te souhaite également une très belle année 2017. Si tu te plonges dans "Réparer les vivants" et dans "La perle et la coquille", je suis sûre que tu amorceras une année pleine de belles surprises.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...