mes dernières chroniques



MES DERNIÈRES CHRONIQUES

vendredi 2 septembre 2016

Bilan du mois - Août 2016

Bilan du mois - Août 2016
En aoûtienne convaincue, j'ai vécu ma période estivale un peu à ma façon. Non pas en partant en vacances car ma vie professionnelle m'en a guère laissé le temps, mais en lisant. Et je suis plutôt satisfaite car malgré le peu de repos que j'ai pu m'accorder, j'ai vraiment pu me consacrer à la lecture.

Le point positif est que j'ai pu découvrir plusieurs livres, entre un et deux par semaine, ce qui correspond au rythme de lecture que j'aimerais instaurer durablement. Malheureusement, la qualité des titres choisis ce mois-ci n'a pas toujours été au rendez-vous.

Bien que la lecture ait été fluide et très rapide, j'ai été très déçue du Caveau de famille, la suite du Mec de la tombe d'à côté de Katarina Mazetti.



Le caveau de famille de Katarina Mazetti

Elle c'est Désirée, la bibliothécaire, et lui c'est Benny, le paysan. Elle dévore les livres comme les produits bio, lui élève des vaches et n’imagine pas qu’on puisse lire « de son plein gré ». Pourtant, ils s'accordent trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c'est terminé pour toujours. Et si ça marche…
Alors que dans Le mec de la tombe d'à côté, Katarina Mazetti s'attachait à déconstruire les malheureux clichés sur le monde agricole, elle ne fait que les véhiculer dans ce livre. Je ne vois pas l'intérêt de cette suite qui n'apporte rien à l'histoire initiale.

Ma note : 09/20


En revanche, enchaîner sur Réparer les vivants fut une vraie révélation ! Je me suis lancée à corps perdu dans cet ouvrage qui m'a profondément touché. Les détraqueurs de Maylis de Kerangal lui reprochent une écriture marketée, faite pour plaire au plus grand nombre ; je lui trouve au contraire une plume très originale et bien loin des convenances. C'est une très belle maîtrise des émotions et une réflexion intéressante au profit d'une question sociale.

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

24h. Il a suffit de 24h pour que tout bascule. Pour que l'esprit fougueux de Simon abandonne son corps, pour que l'adrénaline qui faisait palpiter son cœur arrête soudain sa course. Simon a cessé d'exister. Il n'est plus un être, mais un cœur. Un cœur qui bat, qui irrigue une matière organique encore fraîche et disponible. Un cœur, un foie, des poumons, des reins qui pourront peut-être redonner espoir à des âmes en sursis. Une mort pour la vie...
Réparer les vivants est un roman poignant et profondément bouleversant sur la question du don d'organes. Une perle !

Ma note : 16/20



Durant ma courte semaine de vacances, j'ai lu le Quatrième sceau et La drôle de vie de Zelda Zonk. Si le premier m'avait été proposé par une collègue blogueuse, pour aider l'auteur à se faire connaître, j'avais de grosses attentes sur le second. Globalement, mon ressenti sur ces deux titres est assez moyen.

Le quatrième sceau de Cédric Péron

David n’imagine pas à quel point sa vie va basculer quand il découvre une femme nue et inconsciente sur les bords de Loire. À son réveil, elle n’a plus aucun souvenir. Son passé la rattrapera avec violence et acharnement, semant sur son chemin de croix les cadavres de ceux qu’il croisera.
J'émets beaucoup de réserves sur la cohérence de ce récit qui part un peu dans tous les sens. Pour moi, ce texte manque de rythme et de réalisme. Je n'ai pas été séduite.

Ma note : 12/20

La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin 

Et si Marylin Monroe n'était pas morte ? Si, lassée d'être exposée aux yeux de tous, elle avait décidé de tout plaquer pour refaire sa vie dans l'anonymat le plus complet ? La drôle de vie de Zelda Zonk, ou l'enquête originale sur un pseudonyme bien souvent empreinté par la star des années 50 pour passer inaperçue. Une folle histoire en prévision ! 
Ce roman multiplie les connexions et propose deux intrigues en parallèle. L'enquête sur le mystère Marylin n'est finalement qu'un prétexte sur lequel reposent les bases d'une histoire romantique. Malgré quelques dissonances, c'est un joli roman de reconstruction.

Ma note : 14/20

Enfin, le mois d'août s'est achevé sur la lecture de Muchachas 1. Là aussi, j'attendais beaucoup du livre qui m'a finalement laissée un peu perplexe.

Muchachas 1 de Katherine Pancol

Les filles sont partout dans ce roman. Elles mènent la danse. De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami. Des filles qui inventent, s’enflamment, aiment. Des filles qui se battent pour la vie. [...] Ce sont les muchachas qui dansent. Elles font voler les destins en éclats. Et ça n’en finit pas !
Vous vous attendez à voir un joli chassé-croisé de destins de femmes ? Passez votre chemin ! Muchachas n'est ni plus ni moins que la suite de la saga Les yeux jaunes... Dommage, car Pancol tenait pourtant une histoire de femme battue qui aurait pu être très intéressante...

Ma note : 13/20

Vous l'aurez compris, malgré une très belle surprise avec Réparer les vivants, je garde un souvenir assez moyen de ce mois. Peut-être suis-je de plus en plus exigeante au fil de mes lectures, mais il est vrai que j'ai souvent du mal à accrocher avec le manque de profondeur de certains ouvrages.

Etant d'une culture littéraire plutôt classique, je retrouve trop peu souvent la même profondeur d'analyse dans les contemporains. J'envisage par ailleurs de réintégrer plus régulièrement des livres classiques dans mes lectures, car il me reste encore bien des chefs d'oeuvre à découvrir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...