mes dernières chroniques



MES DERNIÈRES CHRONIQUES

jeudi 7 juillet 2016

Bilan du mois - Juin 2016

Bilan du mois - Juin 2016
Parfois je parcours les sites des blogueurs littéraires et je suis toujours surprise de découvrir cette course à la lecture. On salue le nombre de livres avalés, s'excusant de ne pas en présenter plus mais personne ne semble prendre le temps de  rappeler le contenu du livre : son intérêt, sa sensibilité. Alors, oui, je sais, tenir un blog relève du marketing et la multiplication d'articles courts a plus d'impact, mais je trouve dommage de privilégier la quantité à la qualité, et d'autant plus en littérature.

Je me demande souvent si ces gens gardent des souvenirs de tous les ouvrages qui leur passent dans les mains en l'espace de quelques jours. C'est une question de philosophie, mais personnellement je préfère savourer lentement. Lire moins, mais lire mieux, ou lire différemment.

Ceci me conduit à vous rappeler qu'ici vous ne trouverez jamais de bilan à rallonge. Tout d'abord parce que la lecture représente une partie raisonnable de ma vie et qu'il me faut du temps à accorder aux autres projets menés de front ; mais surtout parce qu'il me semble important de trouver un juste équilibre pour apprécier ce que l'on lit. C'est pourquoi j'essaie de me tenir à un rythme d'un livre par semaine, deux étant un maximum peu souvent atteint.

Alors aimer lire, chroniquer, partager. Apprécier être blogueur : oui ! Mais que lire devienne une contrainte, je ne peux l'envisager.



Cette question abordée, je vous propose de faire un point de ma courte liste de lectures du mois de juin. J'ai lu :

La petite boutique japonaise d'Isabelle Artus

Quand Jean-Christophe Le Kervantec, rebaptisé Thad par sa mère, rencontre Pamela, pur fruit du fanatisme culturel américain ; on s'attend à ce que cela fasse des étincelles. D'autant plus que ces deux-là partagent une passion aussi inexplicable que dévorante pour le Japon. Alors que l'un se rêve en fier guerrier samouraï, l'autre s'invente une vie de geisha de banlieue parisienne. Chacun mène cahin-caha son existence, jusqu’au jour où la chaleur accueillante de la petite boutique japonaise va les rassembler. Alors c’est le coup de foudre, l’harmonie ultime. Qui aurait dit que ces deux-là se trouveraient dans leurs différences ?

Ma note : 13/20
Le prédicateur de Camilla Läckberg

Au beau milieu des rochers et alors qu’il mène un intense combat contre les Indiens, un petit garçon découvre le corps mutilé d’une jeune estivante. La stupeur générale s’installe à Fjallbacka. Mais lorsque les squelettes de deux femmes disparues vingt-quatre ans plus tôt viennent compléter l’atroce tableau, c’est toute une communauté qui se retrouve ébranlée. Même signature, même mode opératoire. Serait-ce l’œuvre d’un tueur en série ? Etrangement, toutes les pistes convergent vers une seule et même fratrie : les Hult. A Fjallbacka comme ailleurs, les commérages vont bon train mais aussi bien cachés soient-ils, les secrets finissent toujours par être déterrés…

Ma note : 15/20
Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

Un pêcheur de Fjällbacka trouve une petite fille noyée. Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l'eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu'un l'a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille ? Sous les apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines - querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles - dont les origines peuvent remonter jusqu'aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps, sans jamais avoir cessé de la haïr...

Ma note : 16/20



Vernon Subutex, Tome 1 de Virginie Despentes

Avant, Subutex était une légende urbaine : disquaire branleur, véritable tombeur. Il a profité du meilleur des années 80 : sexe à outrance, alcool à profusion et drogues inévitables. Vernon était un baroudeur des villes, un vrai rocker dans l'âme. Puis l'industrie du disque a pris un virage à 180 degrés et "Révolver" n'a pas tenu le choc. C'était la fin d'une époque et le début de la descente aux enfers, terrible, inéluctable et injuste.

Ma note : 13/20



Juin fut un mois de lecture honorable avec une moyenne générale de 14,25/20. J'ai évidemment adoré les volumes 2 et 3 de la saga de Camilla Läckberg. Pour le moment, je ne me lasse pas de ces récits noirs, ni même des personnages d'Erica Falck et de Patrick Hedstöm. Vous pouvez donc vous attendre à retrouver L'oiseau de mauvais augure et L'enfant allemand dans mes prochaines lectures, -j'avoue, j'ai acheté les livres cette semaine- bien que je compte les espacer quelque peu.

La petite boutique japonaise fut interlude paisible à défaut d'être captivante. J'ai apprécié la poésie du style bien que les longueurs de fin aient eu raison de mon implication en tant que lectrice. C'est un roman sympathique et désuet pour s'initier à la culture japonaise.

Enfin le tome 1 de Vernon Subutex qui m'avait été conseillé par un ami. Malgré l'esprit décalé du livre, j'ai peiné à accrocher. Peut-être est-ce ce septicisme ambient qui m'a refroidi. L'approche de Despentes est très intéressante du point de vu de l'analyse sociétale, mais je ne conseillerai pas ce livre aux défaitistes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...