mes dernières chroniques



MES DERNIÈRES CHRONIQUES

jeudi 30 juin 2016

Vernon Subutex, Tome 1 • Virginie Despenses

Chronique littéraire Vernon Subutex 1 par Mally's Books
Lorsque le célèbre Alex Bleach disparaît brutalement, la vie de Vernon Subutex bascule. Dans le premier tome de Vernon Subutex, Virginie Despentes nous livre la chronique acide d’une déchéance. Son ton est d’un cynisme dévorant mais décrit le gouffre quotidien de milliers de français.


La quatrième de couverture…


" QUI EST VERNON SUBUTEX ?

Une légende urbaine.

Un ange déchu.

Un disparu qui ne cesse de resurgir.

Le détenteur d’un secret.

Le dernier témoin d’un monde disparu.

L’ultime visage de notre comédie inhumaine.

Notre fantôme à tous. "

Mon avis…


Avant, Subutex était une légende urbaine : disquaire branleur, véritable tombeur. Il a profité du meilleur des années 80 : sexe à outrance, alcool à profusion et drogues inévitables. Vernon était un baroudeur des villes, un vrai rocker dans l'âme. Puis l'industrie du disque a pris un virage à 180 degrés et "Révolver" n'a pas tenu le choc. C'était la fin d'une époque et le début de la descente aux enfers, terrible, inéluctable et injuste.

Inévitablement, Subutex se retrouve à la rue avec pour ultime trésor le témoignage vidéo qu'a laissé son ami artiste avant de mourir. Il va chercher du réconfort auprès de vieilles connaissances prêtes à l'héberger quelques temps, et déclenche les convoitises autour des enregistrements. Dès lors se dévoile toute une galerie de personnages blasés, dépassés ; certains accablés, d'autres complètement à côté des réalités. Tous ont pour point commun d'avoir côtoyé Alex Bleach de près ou de loin.

En excellente observatrice de nos sociétés, Virginie Despentes propose une vision extrêmement acide du monde parisien et des relations humaines. La bourgeoisie huppée, riche et dépressive se mêle à l'univers artistique d'une pseudo écrivaine-biographe et d'un scénariste apoplectique. Le trader millionnaire côtoie l'ex-vedette porn star désormais devenue transgenre. En toile de fond, le caractère extrémiste de la vie. Malgré un style puissant et brut qui m'a scotché, j'ai eu du mal avec le discours nihiliste et profondément défaitiste de Despentes. En choisissant de faire se succéder tous ces personnages, l'auteure néglige peut-être un peu le fond de son histoire. Les descriptions sont finalement un peu superficielles, c'est dommage.

Pour résumer…


Ce conte urbain est intéressant pour sa critique acerbe, mais néanmoins réaliste de notre quotidien, malheureusement j'ai fini par décrocher au fil des pages. Conclusion, je ne suis pas vraiment séduite.

Ma note…


13/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...