mes dernières chroniques



MES DERNIÈRES CHRONIQUES

samedi 19 septembre 2015

Olympe de Gouges • Catel et Bocquet

Chronique littéraire Olympe de Gouges par Mally's Books
Je suis particulièrement touchée par la découverte d'Olympe de Gouges qui s'est faite un peu par hasard et qui mérite quelques explications.

J'ai toujours été assez fascinée par la cause féministe et je me reprochais assez sévèrement de ne pas connaître suffisamment de livres, d'auteur(e)s ou de personnalités qui avaient œuvré ou œuvraient encore aujourd'hui pour cette cause. Je me suis donc mise en quête d'informations sur ce cher Internet et je suis tombée sur un billet de l'illustratice Diglee qui expliquait qu’elle lisait aujourd’hui quasi exclusivement des ouvrages féminins car elle trouvait que les programmes scolaires les mettaient trop peu en valeur. Évidemment son article m’a passionné ! J’ai regardé ses références et je suis tombée littéralement sous le charme de cette histoire. J'ai toujours été captivée par la vie des personnages historiques. J’aime bien découvrir quelles étaient les petites stratégies de ces personnages pour s’imposer dans leurs époques, notamment lorsqu’il s’agit de femmes. Et malgré la curiosité culturelle dont je peux faire preuve, je ne connaissais pas l’histoire d’Olympe de Gouges. J’ai été juste scandalisée qu’on ne parle plus de cette femme extraordinaire alors qu’elle a pourtant bien bousculé les idées de notre pays !

La quatrième de couverture…


" De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes.
Née dans une famille bourgeoise de province, sans doute fille adultérine d’un dramaturge à particule, Marie Gouze dit Olympe de Gouges a traversé la seconde moitié du XVIIIe siècle comme peu de femmes l’ont fait. Femme de lettres et polémiste engagée, elle se distingue par son indépendance d’esprit et l’originalité parfois radicale de ses vues, s’engageant pour l’abolition de l’esclavage et surtout pour les droits civils et politiques des femmes. Opposée aux Robespierristes et aux ultras de la Révolution, elle est guillotinée pendant la Terreur. Comme ils l’avaient fait avec Kiki de Montparnasse, Catel et Bocquet retracent de façon romancée, mais avec une rigueur historique constante, le parcours de vie de cette femme d’exception, dont les idéaux très en avance sur son temps ont forgé quelques-unes des valeurs clés de nos sociétés d’aujourd’hui. En quelque trois cent planches de création exigeante et généreuse, un magnifique portrait féminin et un hommage vibrant à l’une des figures essentielles du féminisme."

Mon avis…


J’ai été séduite par le format BD. Autant le dire, je ne suis pas vraiment habituée à ce type de lecture. Pourtant, les dessins en noirs et blancs m'ont immédiatement interpellé. Ce parti-pris graphique donne une atmosphère très particulière au livre. Le travail du trait qui est très détaillé, ce qui apporte du dynamisme, et le jeu d’ombres et de lumières est, je trouve, très intéressant. En résumé, ce choix d’illustration donne énormément de force aux dialogues de Bocquet.

Ces quelques points m'avaient déjà convaincu et j'étais quasiment persuadée d'adorer cet ouvrage, puis, peu de temps après avoir acheté le livre, j'ai découvert un portrait de Catel Muller réalisé par Causette qui m’a permis de comprendre encore mieux ses engagements et son travail qui vise à réhabiliter « les clandestines de l’histoire », comme elle dit, des femmes dont on ne parle plus mais qui ont contribué à faire évoluer la condition de la femme. Cet article a complètement changé ma vision de la BD et a conforté mon envie de découvrir l'histoire d'Olympe de Gouges en version illustrée. Je pense que j’ai encore plus été attirée par ce livre car son illustratrice était une femme qui plus est l’une des illustratrices les plus emblématiques de sa génération. Au-delà de son rapport au livre, j’ai découvert là aussi une personnalité qui a une histoire très particulière et porte en elle d’engagements féministes. Elle a d’ailleurs participé à la création d’autres ouvrages dans la même veine tels que Kiki de Montparnasse et Ainsi soit Benoîte de Groult que j’ai également très envie de lire ! Bref, je vous laisse découvrir son portrait, ça vaut vraiment le coup.

Finalement, je trouve que la BD permet d’aborder plus facilement l’Histoire avec un grand H. Dans cet ouvrage, on retrouve énormément de détails, personnels mais aussi historiques. C’est léger et ça fait du bien.

Olympe représente une première génération de « femmes qui osent ». C'est une femme qui, comme beaucoup à l’époque, n’est pas maitresse de sa vie ; et pourtant on lui doit quelques-unes des réformes sociales les plus importantes, qui constituent les bases des Droits de la Femme tels qu’on les connaît aujourd’hui : la notion d’égalité des sexes, le droit de vote, le divorce. Tout ça nous semble désormais évident, mais si des femmes comme elle ne s’était pas battues, on en serait toujours au même point ! Je reste une grande admiratrice de ces personnages féminins très impétueux, fonceuses, brillantes. Des femmes qui osent tout, qui vivent pour elle avant tout. C’est un peu caricatural mais dans un sens, c’est un peu la représentation que je me fais de la femme moderne.

Pour résumer…


Pour moi c’est vraiment un must-have. Catel et Bocquet nous proposent une jolie façon de découvrir cette femme, qui est juste extraordinaire et dont on ne parle pourtant plus ! C’est une lecture accessible à tous et toutes et je dirais notamment aux toutes jeunes filles. Quand on arrive à l’adolescence et qu’on se construit en tant que femme, je pense qu’il est bien d’aborder ce genre de livre pour comprendre ce qu’on est, où l’on va ; et avoir peut-être un regard plus ouvert sur les mentalités d’hier et celles d’aujourd’hui. En tout cas moi j’aurais bien aimé l’avoir entre les mains quelques années plus tôt !

Ma note…


17/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...